http://mitrophane.vefblog.net/

  VEF Blog

Can Mitrofan, el blog de Joan-Daniel Bezsonoff

el 11-02-2024 22:32

Marie Costa Facebook

Dans une petite maison roussillonnaise aux murs de galets roulés et de brique, Jean Daniel écrit. Quelques félins placides veillent au soleil sur ce qu’ils savent être un temple. C’est ici que le mal intime devient littérature. Ici que le trencadís identitaire qui le structure autant qu’il le brise s’écoule en lignes lumineuses. Si Jean-Daniel avait voulu, il eût été un écrivain de langue française adulé. Mais voilà, il préfère les chemins buissonniers, les quêtes déchirantes, pour tout dire, le chevaleresque, le panache. L’occitan aimé, et surtout, le catalan de son enfance, ont l’un et l’autre entamé une lente agonie ? Qu’à cela ne tienne, il les reconquiert et les sublime. En leur donnant pour escorte le russe, l’allemand, l’italien, l’anglais, et surtout, un castillan admirable, il les replace dans la cour des grands, leur restitue leur universalité. Jean-Daniel est un homme d’action, un activiste culturel, un guerrier linguistique. Un homme que le monde d’aujourd’hui ne réjouit pas, non. De fait, il faut être un sacré imbécile pour s’en trouver réjoui. Alors, Jean-Daniel a arrêté l’horloge, convoqué des hémérothèques cinquantenaires, la voix de Mariano et les incandescences de Sinatra, quelques poèmes choisis qui tissent son univers. De la petite maison de Nyls sont sortis vingt livres écrits par choix, par devoir aussi, un devoir de verticalité et de respect envers les anciens, presque tous en catalan. La rançon du courage. Ce matin, Jean Daniel, mon ami, mon frère, j’avais juste envie de te dire merci

 

 

 

 

 


Comentaris/ коментарии

Darrer comentari    Comentaris acabats   Tanca els comentaris
 
0 comentaris коментарии
 
 
el 28-01-2024 16:36

Ainsi parlait Gaston 14

 

 

 

 Gaston soupirait: la France, passe encore mais leur République...

 

Gaston disait: Il ne faut pas se vendre. Il ne faut pas se rendre. Il ne faut pas se pendre. Il faut se tendre. 

 

Depuis qu'il savait que l'abbé Pierre avait parfois succombé à la plus douce des tentations, Gaston ne l'en aimait que davantage.Bien qu'il ne fût guère doué pour l'abstraction,

 

 

 

Gaston comptait quelques professeurs de philosophie parmi ses plus fidèles lecteurs.Gaston n'était point paresseux. Il était fatigué.

 


Comentaris/ коментарии

Darrer comentari    Comentaris acabats   Tanca els comentaris
 
0 comentaris коментарии
 
 
 

Ajouter un commentaire

Comentaris КОМЕНТАРИИ
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :
 
 
 
Rappel article