http://mitrophane.vefblog.net/

  VEF Blog

Can Mitrofan, el blog de Joan-Daniel Bezsonoff

el 25-08-2019 17:44

El Tour de France

Publicat a l’Indépendant, 25 d’agost del 2019

Quan eri petit, m’agrada molt el Tour de France. M’estavi a Briançon, on mon pare feia de metge al 159 Régiment d’Infanterie Alpine, un dels més prestigiosos regiments de l’exèrcit francès. Cada any el Tour arribava davant de casa nostra al Camp de Mart a les portes de la vella ciutadella, camí d’Itàlia. Un any, el vaig veure amb el padrí a Canet on vaig agafar una insolació memorable. L’any dels meus 13 anys, el Tour va passar a Vilanova de la Ribera. La Juliette Jaume, padrina de bateig de la meua àvia Lucienne Brial, nos havia convidat a dinar. No me’n recordi pas cap bri del menú. En canvi, encara veig la Caravana que ens va distribuir revistes amb boniques damisel·les, gadgets, gorresdels ciclistes. Amb quina força vam cridar « Allez Poupou! » Els corredors van travessar el vilatge com un llucet. Amb els anys, em vaig distanciar del ciclisme. D’ençà de l’estiu del 1998 ple d’escàndols vam trencar els papers. Les proeses químiques de Lance Amstrong, de Pedro Delgado i altres Miguel Indurain no em van reconciliar pas amb la petita reina. Enguany, però, he decidit d’espiar el Tour. Si tot és podrit —de la poltica als concursos—per què el Tour de França faria excepció ? M’han sorprès els progressos de les retransmissions televises de les etapes i la bellesa dels paisages muntanyencs. Visca la Volta a França !   

 


 
 
el 19-07-2019 14:15

Aviat

LES SET VIDES D’UN GAT RUS

Amics lectors,

Com ja ho sabeu sen dubte, l’Avenç torna a editar els meus llibres de memòries en un sol volum. « Una educació francesa », « Les meues universitats »,  « El fill del coronel» sota el títol genèric. « Les set vides d’un gat rus

 


 
 
el 19-07-2019 12:41

Lectures d'été

J’ai déjà évoqué mon intérêt pour les romans policiers qui déroulent dans le Berlin du Troisième Reich. Jusqu’à présent, le maître incontesté du genre était le regretté Philip Kerr qui nous avait séduits avec les enquêtes de Bernie Gunther. À mon avis, le romancier allemand Harald Gilbers lui est supérieur. Le Berlin de Kerr était prenant, intéressant et inquiétant mais l’on entendait trop souvent le poids de la documentation parfois inexacte, surtout à la fin du cycle. Rien de tel avec Gilbers. Avec lui, on se trouve réellement à Berlin grâce à de nombreux détails discrets. Le commissaire juif Oppenheimer, pourchassé par les nazis, et les autres personnages ont une réelle épaisseur et apparaissent toujours crédibles. Je pense à Ed le mastard, truand attachant. Il y a même parfois quelques moments de grâce et de poésie. J’attends maintenant avec impatience la traduction dans une langue que je connais de Totenliste, le quatrième volume de la série.

 


 
 
el 10-07-2019 21:20

La mar i l'eternitat

L'Indépendant, 9/07/2019

El dijous 1 d'abril del 2010 fou un dia esplèndid a Canet. Vaig dinar amb l'Imma i l'Alvar, uns amics de Sant Esteve de Palautordera, en un restaurant vora mar. No feia ni fred ni calor. Una temperatura perfecta. Una airina deliciosa bufava pels carrers blancs. A l'escullera, els cavallets infantils giraven al ritme de valsos de Johann Strauss, Franz Lehár i de velles cançons mig oblidades. Una patuleia reclamava barbes de sucre als pares. Havent dinat, vaig ensenyar als meus amicsles belleses del poble: les seves velles cases de pescaires, les vil·les noucentistes, els jardins plens de flors i de secrets. Era un dia meravellós. La vigília havia mort la senyora Franco, elegida al govern de Canet d’ençà de l’any 1971, batllessa, diputada de la República, i no passava res. Res. Tot i que no tenia cap simpatia per aquella senyora, em va xocar aquell silenci, aquella indiferència per una senyora que havia dirigit el municipi durant tants anys. La gent anava i venia pel carrer, riallera o preocupada com sempre. Els vells prenien la fresca, els enamorats es petonejaven als bancs, els esportistes corrien pel passeig, els gavians i les gavines es barallaven per un crostó de pa. Res no havia canviat. La vida continuava, plàcida. Vaig recordar la pobra Arlette. Vaig pensar que som ben poca coseta. Una engruna de pa deixada per una gavina en una platja...

 


 
 
el 30-06-2019 17:09

Le triplé de Bezsonoff

BEZSONOFF se voit offrir un... Triplé

C'est l'une des meilleures plumes catalanes de sa génération. Lu et primé de part et d'autre des Pyrénées, traduit à l'occasion. Avec une bibliographie étoffée, où les titres peuvent d'autant plus étonner par leur simplicité que leurs contenus qui ne sont pas simples filets d'eau nous embarquent dans de l'histoire, de l'autobiographie et de la fiction. Joan-Daniel Bezsonoff a aujourd'hui 56 ans et une oeuvre déjà fort étoffée. Il vient récemment de se voir "récompensé" (bellement pour un auteur par la réédition stylée en un seul volume, donc trésor de bibliothèque, de trois de ses titres les plus connus "Una educació francesa""Les meues universitats"et "El fill del Coronel"Bezsonoff n'ignore pas qu'en grec histoire veut dire "investigation, recherche", cela pour souligner que notre écrivain -ses trois titres le prouvent- ne fait pas de l'histoire romancée, mais dote ses récits d'un socle ou d'une ossature historique fouillée, documentée, vérifiée. Il y a du rat d'archives chez notre... chroniqueur. C'est sur cette infrastructure que son imagination prend ses aises et que sa langue fluide comme un film ou une chanson est en fête: humour, sexe et fantaisies. Cette édition contient... un inédit, comme la cerise sur le gâteau sorti des presses et en vitrine des librairies, et dont on nous parle comme d'un amour fou. Il  est titré "La Javanesa". Bezsonoff intrépide, solide et efficace.

 


 
 
el 21-06-2019 22:12

Les set vides d'un gat rus

Joan-Daniel Bezsonoff

Les set vides d’un gat rus

 


 
 
el 24-05-2019 18:52

Des retrouvailles inutiles

  Je viens de voir «  Les plus belles années d’une vie » et je suis très déçu. Voici un film que j’aurais aimé aimer. Lelouch n’a rien perdu de son art de filmer, d ‘offrir des images splendides accompagnées d’aphorismes et de quelques mots d’esprit. Malheureusement, ces retrouvailles distillent un ennui certain et une tristesse infinie. Anouk Aimée reste étonnamment belle malgré les années mais le pauvre Trintignant est méconnaissable dans son fauteuil roulant. Cette pitoyable histoire d’un Roméo sénile et rhumatisant m’a rendu très mélancolique. Même Nicole Croisille s’égosille à la recherche des notes perdues. Croyez-moi. Si vous avez aimé « Un homme et une femme » évitez ce pensum crépusculaire.  

 


 
 
el 04-04-2019 16:24

La mort du père

Cela devait finir par arriver. Un jour le général Aubanel mourut. Gaston l’apprit dans les pires circonstances possibles. Il avait pris l’habitude de couper les sonneries de son téléphone portable quand il travaillait. Sa Peugeot 307 grise était connectée à son mobile via Bluetooth. Bien qu’il critiquât sans cesse son époque, Gaston se tenait au courant des nouveautés. Il venait de passer les grilles de la préfecture du Var, où il travaillait depuis vingt-cinq ans, quand l’écran de veille de la voiture lui demanda s’il voulait qu’on lui lût le dernier message reçu sur sa messagerie. Machinalement, Gaston grommela qu’il acceptait. Il entendit alors une nouvelle épouvantable. Une voix de robot, une voix métallique avec un accent asiatique, une voix de Vietnamien déshumanisé par la technologie. «  Papa est mort. » Gaston crut qu’il rêvait. Il s’arrêta sur le zébra de la maison des quartiers sur le boulevard du 112 régiment d’Infanterie. Il attendit un long moment avant de pouvoir appeler sa mère. Une tristesse bétonnée lui était tombée dessus. Un grand brouillard de tristesse l’enveloppait. Il savait que le vieux n’allait pas fort mais il lui donnait encore quelques mois de survie. Le cœur l’avait lâché. Il avait donc un cœur ? 

 


 
 
el 31-03-2019 19:04

La châtelaine du Liban

Quarante après, j’ai relu La châtelaine de Liban de Pierre Benoit. J’en conservais le souvenir d’un roman jumeau de l’Atlantide. Dans les deux romans, un officier, muté dans une colonie française de langue arabe, s’éprend d’une jeune femme mystérieuse, reine d’un château au milieu du désert. Pris par leur passion sexuelle, « enfigats » comme l’on dit en catalan, ils renoncent à toutes leurs valeurs, à l’honneur, à leur patrie pour vivre leur amour jusqu’au bout.

 


 
 
el 18-03-2019 20:48

La marquesa de Broadway

L’Indépendant, diumenge 16 de març del 2019

    Els anys passen i encara escolti els discos de Luis Mariano, possiblement un dels millors cantants i dels pitjors actors del món. L’opereta més famosa de Mariano és sens dubte ‘’ Le Chanteur de Mexico .’’ La seua adaptació cinematogràfica amb Bourvil i Annie Cordy ha restat famosa. Qui recorda, però, que la jove d’en Luis al Châtelet no era l’Annie Cordy sinó la Lilo, àlies Liselotte Johanna Lewin ? Aquella cantant, oblidada a casa nostra, encara té molts admiradors als Estats Units. Hi va crear la comèdia musical ‘’ Cancan ‘’ amb les inoblidables ‘’ I love Paris ‘’ i ‘’ C’est magnifique ‘’ interpretada després per Luis Mariano, Frank Sinatra, Dario Moreno, Ella Fitzgerald, Lucienne Delyle. Michel Bigas, intellectual perpinyanès acaba de publicar una monografia polida i molt ben feta sobre la Lilo, cosina germana del primer marit de sa mare. Un bell objecte amb un bé de Déu de fotografies. El lector, enamorat de la cançó francesa dels anys 1950-1960, trobarà en aquesta biografia, moltes informacions interessants. Quina època meravellosa en què es van illustrar tants artistes mig oblidats com Renée Lebas, Marie José, Georges Ulmer, François Deguelt, Jacqueline François, Jean-Claude Pascal. La comparació amb els cantants d’avui faria somriure si no feia plorar.

 


 
 
el 03-03-2019 14:30

Longtemps j'ai essayé de lire Proust

  Durant molts anys no em vaig poder endinsar en el món de Marcel Proust. A setze anys em vaig empatanegar en els aiguamolls de ‘’ Du côté de chez Swann  ‘’  sense anar més enllà de la pàgina 20.

 


 
 
el 17-02-2019 13:43

Festes

L’Indépendant, diumenge 17/02/2019

Festes

 


 
 
el 06-01-2019 15:45

El meu millor amic

L’Indépendant, 6 de gener del 2019

 Fa cinc anys es va morir el meu millor amic. No parlava ni català, ni francès, ni cap llengua humana. Era només un vell gat gris, com n'hi ha milions a Europa.

 


 
 
el 22-12-2018 18:12

Premi Mitrofan 2018

El jurat del Premi Mitrofan constituït per

Joan-Daniel Bezsonoff, novel·lista jubilat 

 


 
 
el 25-11-2018 18:05

La fi del món

L’Indépendant, diumenge 25 de novembre del 2018

Tinc entès que, en la Xina imperial, prohibien la música perquè emocionava massa la gent. Per la meva part, prohibiria el film de Kramer ‘’ L’hora final ‘’(coneguda en francès sota el títol ‘’ Le dernier rivage.’’) una obra asfixiant i angoixant amb artistes com Ava Gardner, Gregory Peck, Fred Astaire i Anthony Perkins. Se suposa que el 1963 una tercera guerra mundial ha devastat el nostre planeta. Només qualques terres a l’hemisferi sud com Austràlia i l’Argentina s’han escapat del cataclisme.

 


 
 
el 23-11-2018 19:21

Gaston, son papet et la langue provençale

Quand Gaston naquit en1963, son papet avait cinquante-trois ans. Selon la terminologie de l’époque, il était cultivateur à Pampérigouste, village du Vaucluse dans le canton de Cucuron-les-Olivettes. Bien qu’il ne possédât que cinq hectares de vignes et d’oliviers, Baptistin Olive avait suivi des études poussées pour un paysan provençal de sa génération. Après son certificat d’étude, il avait obtenu son brevet élémentaire à l’école supérieure d’Avignon. Il y avait appris l’anglais qu’il lisait couramment mais qu’il ne parla jamais faute de pratique. Entre les deux guerres, les Britanniques se cantonnaient à la Côte d’Azur et évitaient l’arrière-pays où seuls s’aventuraient les peintres et quelques amateurs d’archéologie. Dès son plus jeune âge, Gaston aimait son papet à la passion. Troublé par son environnement bilingue franco-provençal, le petit Gaston parla fort tard. Les villageois, inquiets, s’exclamaient : ‘’ Paure pichon, es mut. ‘’   

 


 
 
el 21-11-2018 16:16

Le dernier des Occitans

Gaston avait connu M Bezsonoff à Tournon-sur-Rhône. Il était fatal qu’ils s’y rencontrassent puisque les deux hommes y pèlerinaient souvent. Bezsonoff à la recherche de sa jeunesse et d’un amour perdu. Gaston en quête du dernier des Occitans.

 


 
 
el 18-11-2018 13:43

Gaston et la presse

Quand il était petit, Gaston aimait déjà la presse. Outre le journal régional de la province où son père était en garnison, le petit Gaston lisait les revues auxquelles étaient abonnés ses parents : Terre Air Mer, le magazine des armées ; La Revue Historique des Armées ; Le Point. Sa passion pour l’histoire lui vint sans doute de la lecture assidue d’Historia, de ses suppléments et des collections spéciales des éditions Tallandier comme La Guerre d’Algérie, Le Journal de la France et Les Combats d’Israël.

 


 
 
el 05-11-2018 19:39

Gaston et la chose publique

    Mme Aubanel, la maman de Gaston, avait toujours professé des opinions conservatrices jusqu’au jour où son mari lui avait cassé un balai sur le dos, en l’accusant d’être coresponsable de la mort du président Kennedy.

 


 
 
el 02-11-2018 17:44

La millor llibreria de França

Text escrit arran dels 40 anys de la llibreria 22 de Girona                                     

 


 
 
Chargement des articles suivants..